Joëlle Milquet: « Trop de grèves tuent la grève » (Article dans Le Soir)

Le débat fait rage depuis une semaine autour du droit de grève suite aux décès de deux personnes : un homme est décédé à l’hôpital après avoir eu un infarctus alors qu’il était bloqué dans les embouteillages occasionnés par les grévistes de la FGTB. Une autre personne est décédée sur la table d’opération, son chirurgien n’ayant pas pu intervenir plus tôt car il était aussi bloqué dans les embouteillages.

Joëlle Milquet (CDH), invitée de La Première, estime qu’un débat politique sur un sujet aussi délicat demande de la sérénité.

Ne pas mélanger l’émotionnel et des changements législatifs

Pour la ministre de l’Enseignement et de la Culture en Fédération Wallonie Bruxelles, « il ne faut pas réagir tout d’un coup dans l’émotion sur un fait divers ». « Il ne faut jamais mélanger l’émotionnel tout à fait légitime et des changements législatifs. Ce n’est pas pour ça qu’ils ne doivent pas avoir lieu mais il faut que cela se fasse dans la sérénité ».

« Le droit de grève ne doit pas être en tant que tel remis en question. C’est une liberté démocratique importante pour les travailleurs dans tous les pays  », estime la ministre qui pointe toutefois que des modalités, des discussions doivent avoir lieu mais dans le cadre de la concertation sociale. « On doit demander aux syndicats de réfléchir à la meilleure manière d’adapter des modes d’actions sans remettre en cause le droit de grève ». En ce sens, Joëlle Milquet rejoint le ministre de l’Emploi qui demande aux syndicats de prendre un compte le droit au travail.

>> Lire l’article complet sur le site du Soir